Euromontana se saisit de la question de la prédation

Mars 2018

Un comité directeur s’est tenu à Moûtiers les 7 et 8 mars, sur proposition de Fabrice Panneckoucke, pour la Région Auvergne-Rhône-Alpes, membre d’Euromontana, afin d’échanger sur le terrain les problématiques du pastoralisme et de la prédation. Parmi les nombreux défis que doit relever le pastoralisme dans les montagnes européennes, cet atelier de discussion en a abordé deux, à savoir : les grands prédateurs et le maintien de l’attractivité des métiers pastoraux. Cet atelier de discussion a fait suite à plusieurs demandes des membres d’Euromontana d’accorder une place plus importante à ce sujet. Cette demi-journée a permis, à la suite de présentations de constats techniques, d’échanger au sein d’Euromontana pour définir l’approche à mettre en œuvre pour la suite. A cette occasion, Michel Dantin a annoncé la visite de la Commission Environnement en Juillet dans les Alpes sur le sujet de la prédation.

Journées de restitution dans les Pyrénées des travaux du projet national sur l'agropastoralisme de montagne

Mai 2018

Restitution RRN 20180522Déterminés à faire connaitre et reconnaitre les activités agricoles, pastorales et agroalimentaire de montagne comme patrimoine d’exception, les montagnards des Alpes, du Jura, des Pyrénées, des Vosges et du Massif Central ont décidé de conjuguer leurs expertises et réflexions à travers un projet d’envergure nationale : « innover collectivement pour mieux soutenir l’agropastoralisme »

Initié en 2016 dans le cadre du Réseau Rural, ce projet avait pour ambition de recenser les enjeux majeurs et les défis auxquels les agriculteurs sont confrontés pour mieux les affronter. Il s’agissait de croiser les besoins du terrain avec les dispositifs de soutiens ouverts dans la Politique Agricole Commune et la politique de massif. Dans la pratique, cela s’est traduit par l’organisation de journées d’auditions dans chacun des massif – dont trois dans les Pyrénées auxquelles ont participé une centaine de pyrénéens – et la mise en place de groupes de travail nationaux.

Aujourd’hui compilés, ces travaux constituent un recueil de propositions techniques. Les propositions sont nombreuses et, entérinées par le séminaire de restitution organisé le 2 mai 2018 à Paris, partagées par l’ensemble des massifs français. Ce qui, pour autant, ne doit pas faire oublier que les agricultures de montagne sont plurielles, y compris au sein d’un même massif.

C'est pourquoi l'ACAP a pris soin d'organiser trois nouvelles journées de restitution de ces travaux dans les Pyrénées le 24 mai à Saint-Palais, le 29 à Quillan et le 31 à Saint-Gaudens. Saluant l'initiative, un grand nombre de pyrénéens se sont mobilisés et ont activement contribué la déclinaison et l'adaptation des propositions aux réalités pyrénéennes. Cet exercice a contribué à l'écriture d'un Livre Blanc pour l'agriculture pyrénéenne.

Voeux 2018

Janvier 2018

Anticiper l'avenir pour construire l'agriculture des Pyrénées de demain

VoeuxACAP 2018Le Président Pierre Martin, les membres du bureau et toute l'équipe technique de l'ACAP vous présentent leurs vœux les plus chaleureux pour 2018 !

Recrutement d'un(e) chargé(e) d'études prospectives

Décembre 2017

L'ACAP recrute en CDD avec perspectives CDI

L'ACAP recrute un(e) chargé(e) d'études prospectives des dynamiques agricoles et pastorales de montagne. Il ou elle sera chargé(e) de mettre en oeuvre des projets de coopérations interdépartementaux à l'échelle des Pyrénées, inter-massifs à l'échelle de la France ou encore de l'Europe : rédaction de rapports et documents de synthèse, fiches de capitalisation d'expériences, organisation de séminaire restitution des résultats, coordination des partenaires techniques, organisation de réunions, suivi des livrables...Plus ponctuellement et dans la continuité des études, il ou elle sera chargée de produire des analyses thématiques, outils d'aides à la décision politiques à destination des professionnels agricoles.

L'ACAP recherche un profil de formation supérieur (BAC+5) en agriculture et/ou développement rural avec une bonne connaissance des activités agricoles et de ses enjeux en général, des instances européennes et programmes de financement, des Organisations Professionnelles Agricoles et des Chambres d'Agriculture.Pour satisfaire aux projets de coopération, la maîtrise de l'espagnol est indispensable ; la maîtrise de l'anglais et du portugais serait un plus.

Télécharger l'offre d'emploi

Un groupe montagne APCA/FNSEA dans les Alpes

Septembre 2017

20170913 184251La FNSEA et l'APCA ont décidé de tenir une fois par an leur groupe montagnes et zones défavorisées conjointement et décentralisé.

Réuni à Mendes dans le Massif Central en 2016, c'est les Alpins - ou plus exactement les Savoyards de Aime - qui ont fait l'honneur d'accueillir ses membres le 13 et 14 septembre dernier.
C'est sous les tous premiers flocons de neige que les professionnels de tous horizons montagneux ont découvert ou redécouvert l'estive de Plagne. Guidé par le Président du Groupement Pastoral, les secrets de la performance économique leur ont été - enfin - révélés : salle de traite mobile pour une traite en tout lieu et par tout climat, laiterie d'altitude, affinage collectif, différenciation et origine produits, lesquels composent les conditions minimales du maintien et du renouvellement des exploitations pastorales. L'ingéniosité des montagnards pour faire face aux défis structurels de leur environnement est sans limite. Il faut les voir ces exploitations à flanc de montagne. 20170913 181932Les surcoûts de production sont partout : matériels spécifiques montagne, terrassement et bâtiments d'élevage, achat de fourrage... Les compenser devient l'un des principaux challenge des savoyards, au même niveau que la conciliation des usages et la pression foncière.

C'est dans ce contexte que les professionnels APCA/FNSEA ont débattus des dispositifs de soutien aux agriculture de montagne : ICHN, PAC actuelle, règlement omnibus, PAC post 2020 et bien évidemment prédation.

Si les montagnes ne se rencontreront jamais, les montagnards savent franchir les frontières pour jouer la carte du collectif, défendre et promouvoir les activités agricoles, dont les rôles dépassent les sommets de la triple performance dans ces territoires fiers et insolents.