60 propositions pour l'agriculture pyrénéenne, 60 amendements aux textes européens

Novembre 2018

Grâce au dispositif Réseau Rural, l'ACAP s'est investie pendant trois ans dans une étude d'envergure nationale "innover collectivement pour mieux soutenir l'agropastoralisme de montagne". A l'issue, une étude complémentaire "d'inventaire des biens et services générés par le pastoralisme pyrénéen" financée par le CGET Pyrénées, a permit à l'ACAP et ses partenaires d'élaborer une série de propositions partagées en faveur de l'agropastoralisme de montagne consignée dans le LIVRE BLANC de L'AGRICULTURE DES PYRENEES. Dans un positionnement conforme avec son projet politique, l'ACAP propose trois axes majeurs de développement détaillés dans la première partie du livre blanc. Consciente de la diversité de ses territoires et de ses activités agricoles, la profession agricole encourage et défend l’élaboration de politiques publiques plus stratégiques et plus intégrées afin de préserver la richesse de son identité multiple. C’est l’objet de la seconde partie du livre blanc. Enfin, même si l’agriculture et le développement rural justifient des politiques européennes communes et un cadrage national fort, elle estime que ces politiques doivent pouvoir s’articuler en bonne intelligence aux différents niveaux de territoire comme le développe la troisième partie de ce livre blanc. Aussi, le livre blanc de l’ACAP c’est :

  • une vingtaine de propositions pour orienter le développement agricole du massif des Pyrénées. C’est l’analyse des principaux enjeux de l’agriculture pyrénéenne qui a mis en évidence trois orientation majeures de développement visant à sécuriser et renouveler les exploitations, mieux valoriser les produits et renforcer la compétitivité des filières et enfin faire reconnaître le rôle du pastoralisme dans la gestion des territoires.
  • une vingtaine de propositions pour mettre en place des politiques publiques plus stratégiques et plus intégrées à l’échelle européenne, nationale et régionale. Il s’agit ici de proposer des dispositifs d’accompagnement au développement agricole comme des éléments de réponse aux principaux enjeux.
  • une vingtaine de propositions pour déployer intelligemment un dispositif spécifique à l'échelle du massif des Pyrénées. Parce que les Pyrénées, unies dans leur diversité, hébergent des formes d'agricultures, des pratiques et des environnements spécifiques, elles doivent pouvoir bénéficier de dispositifs spécifiques et adaptés.
Schema LB 20180629

Quatre projets de règlements européens ont ainsi été passés au crible de ces 60 propositions pour l'agriculture pyrénéenne. Cet exercice a donné naissance à une LIASSE d'une SOIXANTAINE D'AMENDEMENTS POUR LES PYRENEES proposés au débat européen sur les projets relatifs aux règlements :

  • établissant les Plans Stratégiques Nationaux relevant de la PAC COM(2018) 392
  • portant sur les dispositions communes des fonds FEDER, FC, FSE, FEAMP COM(2018) 375
  • portant sur le FEDER et le Fond de Cohésion COM(2018) 372
  • portant sur les dispositions particulières de l'objectif "coopération territoriale européenne" soutenu par le FEDER INTERREG COM(2018) 374

Séminaire des races de Massif à Oloron

Septembre 2018

L'ACAP était en première partie du séminaire des pour y débattre des enjeux du pastoralisme de montagne en France aux côtés de l'INRA, de la Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO), du Centre universitaire Toulouse Jean-Jaurès, du FEAGAS-Federación Española de Asociaciones de Ganado Selecto.
Le SERAM c'était deux journées de rencontres et d'échanges autour des questions de rusticités, schémas de sélection, territoire, pastoralisme et valorisation des produits. Entre séances plénières, ateliers et visites de terrain, les 250 participants ont pu apprécier l'adéquation parfaite du fameux triptyque race - terroir - produit.

Toutes les présentations sont disponibles sur le site internet des Races de Massif.

SERAM2 Visites 201809SERAM2 SF 201809

Matinée Ovine dans Les Pyrénéennes 2018

Septembre 2018
Visuel Commission Ovine DEFLe 14 septembre prochain, dans le cadre des journées Les Pyrénéennes 2018 à Saint Gaudens, l’Association des Chambres d’Agriculture des Pyrénées (ACAP) organise une journée dédiée au projet PIRINNOVI et à la réforme de la PAC.
La première partie de la journée portera sur le projet transfrontalier PIRINNOVI, présentant ses résultats provisoires et ses objectifs à la recherche d'amélioration de la durabilité et de la rentabilité de l'élevage ovin pyrénéen. Cette première partie comprendra une table ronde où plusieurs partenaires du projet expliqueront les différentes actions en cours.
La deuxième partie de la matinée sera consacrée à la future réforme de la PAC et ses effets sur la filière ovine pyrénéenne. Pour ce faire, nous organiserons une table ronde avec la participation de différents représentants de l'ACAP, ainsi que des représentants des agriculteurs. Cette table ronde débutera par une présentation des éléments clés de la future réforme.
Le programme se déroulera comme suit :
  • 9.15 Café et bienvenue aux participants
  • 9.30 Présentation de la journée
  • 9.45 Présentation du projet PIRINNOVI
  • 10.15 Table ronde Expériences PIRINNOVI
  • 11.15 Table ronde Réforme de la PAC post 2020
  • 12.20 Conclusion et fermeture
  • 12.30 Repas avec tous les participants.

Nous invitons tous ceux qui sont intéressés à participer sur place ou virtuellement dans nos réseaux sociaux, où nous allons ouvrir le débat afin que vous puissiez lancer vos questions. L'inscription n'est pas nécessaire. Les Pyrénéennes sont gratuites. Plus d’informations sur :

www.pyreneennes.fr/

www.agriculturepyrenees.fr/

www.pirinnovi.eu

Vous pouvez également nous suivre sur nos profils Facebook et Twitter.

Le pastoralisme s'invite à Bruxelles

Août 2018

Eric Andrieu organisait ce mercredi 29 août au Parlement Européen une conférence-exposition sur le pastoralisme en Occitanie.

Delegation Pastoralisme 20180829
Bruxelles – Devant des représentants du Parlement et de la Commission européenne, et en présence d’éleveurs et spécialistes du pastoralisme, l’eurodéputé du Sud-Ouest Eric Andrieu (PS) inaugurait à Bruxelles une exposition de cinq jours dédiée aux enjeux du pastoralisme. Dans son introduction il a souligné « L’objectif de cette manifestation est de sensibiliser les parlementaires européens aux réalités du pastoralisme et d’aborder les problématiques actuelles, à commencer par la question du loup. » Avant d’ajouter : « Nos productions de montagne sont une source d’emploi et un moteur économique dans des territoires ruraux à handicap naturel, avec un effet d’entraînement sur le tourisme et l’artisanat. Elles assurent l’entretien des paysages, présente de réels atouts pour l’environnement et comporte une dimension culturelle, qui fait partie du patrimoine français et européen. Nous devons garder nos territoires vivants ! »

L’eurodéputé parrainait l’exposition réalisée par des élèves du Lycée agricole Terre Nouvelle de Marvejols (Lozère, France). Pour l’enseignante Marlène Crueyze qui avait fait le déplacement avec deux de ses collègues : « Mes étudiants, lauréats du SIA 2016 ont répondu à l’appel à projet des Ovinpiades Collectives sur le thème suivant : Les atouts environnementaux de l’élevage ovin. Ils ont pu ainsi valoriser l’importance du pastoralisme grâce à l’échantillon ovin lozérien pour permettre une prise de conscience nationale ! Apprendre à communiquer pour valoriser des pratiques d’élevages modernes ou ancestrales, des filières de qualités et des savoirs faire pour éviter que le tyran du consommateur soit l’ignorance ! »

Présente également Sophie Pantel, Présidente du département de la Lozère (PS) a estimé que « la présence du loup est incompatible avec l’élevage extensif dans nos montagnes et remet en cause l’économie agricole et la vie rurale ».

Pierre Martin, éleveur, Président de l’Association des Chambres d’Agriculture des Pyrénées (ACAP), a souligné la spécificité du pastoralisme et sa dimension collective. « Il est important que dans la future PAC ces espaces collectifs soient reconnus comme des espaces de production. »PM EA 20180829

Michel Meuret, Chercheur à l’INRA de Montpellier, spécialiste des pratiques surfaces pastorales, a souligné « un cruel paradoxe pour les éleveurs et bergers : être encouragés à entretenir par le pâturage des paysages riches en biodiversité et prévenir les incendies, et devoir aussi s’en méfier en raison des attaques de loups. »

Pour Annie Cipière du Centre de Ressources sur le Pastoralisme et la Gestion de l’Espace : « Le pastoralisme collectif, bien vivant et sans cesse réadapté, tient un rôle important pour les collectivités en charge du développement des territoires ruraux. Il est au cœur d’enjeux économiques, sociaux et environnementaux. » 

Pour Christine Valentin, Présidente du Service commun pastoralisme de la Chambre Régionale d’Agriculture d’Occitanie : « Les surfaces pastorales sont essentielles pour l’économie des exploitations méditerranéennes, elles permettent leur autonomie fourragère. La future PAC doit leur reconnaître une éligibilité totale aux aides pour conforter la durabilité des exploitations à dominante pastorale. »

Michèle Boudoin, Présidente de la Fédération nationale ovine a de son côté alerté : « La filière ovine est fragile dans un contexte européen qui risque d’être bouleversé par le Brexit. L’élevage pastoral produit des biens publics reconnus par tous, il est une nécessité pour la vitalité et l’économie des territoires ruraux européens, et les attaques de grands carnivores sont une menace. Il faut que la Direction Générale de l’Environnement de la Commission ne soit pas autiste devant la réalité des faits partout en Europe la prédation du loup progresse. Nous devons faire bouger les choses et permettre aux éleveurs le droit élémentaire de défendre leur troupeau ! »

La Commission européenne, représentée par Luis Carazo Jiménez de la Direction Générale de l’Agriculture et du Développement Rural a conclu la conférence en soulignant les atouts du pastoralisme dans la cadre d’une agriculture européenne riche et variée et en mettant l’accent sur les outils actuellement disponibles pour le soutenir, « des outils qui devront être simplifiés et rendus encore plus efficaces dans le cadre des propositions de réforme de la PAC actuellement en discussion. »

Mission interparlementaires sur le loup

Juillet 2018

delegation Eur LoupL'Europe commence à s'intéresser de près au bouleversement provoqué par l'arrivée du loup et Michel Dantin s'est investi d'une mission parlementaire sur la prédation du loup.

Le 15 mai dernier les parlementaires européens se réunissaient à Bruxelles pour une conférence sur la question du loup à voir ici en streaming.
La présentation de Laurant Garde du CERPAM est également disponible en téléchargement ainsi que le compte-rendu de cette journée proposé par Euromontana.

Quatre députés européens, d'Italie, de Croatie et de France (Michel Dantin, député européen et maire de Chambéry) ont été accueillis sur les exploitations  d'altitude en Maurienne le 12 juillet et le seront également dans le Vercors le 13 juillet. Une visite qui est une étape importante car un plan loup est en réflexion désormais à Bruxelles pour faire évoluer la réglementation.

A quand un exercice analogue sur l'ours ?